Arton11247 85d28

La FNSEA a pris le pouvoir sur l’agriculture dans les régions

Les nouvelles régions françaises et leurs exécutifs ont un an. Au sein de ceux-ci, les élus proches de la FNSEA, le syndicat agricole majoritaire, sont nombreux. Et détiennent les leviers de commande sur les nouvelles compétences échues aux régions, comme la gestion du Fonds européen agricole pour le développement rural.

Un an après les élections régionales de décembre 2015 et l’entrée en vigueur des nouvelles régions françaises le 1er janvier 2016, les exécutifs fêtent leur première bougie à la tête des conseils régionaux. Une première année de mandat qui aura été marquée par des revirements brutaux de certaines politiques publiques, comme en région Auvergne–Rhône-Alpes (Aura).

Après avoir drastiquement réduit les subventions attribuées aux associations d’agriculture paysanne dès son entrée en fonction — moins 70 % pour la Fédération régionale d’agriculture biologique (Frab), moins 50 % pour Terre de liens, moins 35 % pour le réseau des Amap — le nouveau président de région, Laurent Wauquiez, a confié en novembre les clés de son « plan bio » aux chambres d’agriculture et aux industriels de l’agroalimentaire. Un virage à 180 ° qui porte la marque de la FNSEA (Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles), dont le modèle agricole est pourtant fortement remis en cause, comme l’expliquait en juillet à Reporterre Paul Chataignon, président de l’Ardear (Association régionale pour le développement de l’emploi agricole et rural), qui a été amputée de 41.000 euros sur l’année 2016 : « Il y a aujourd’hui une mise sous tutelle de la politique agricole de la région par la FNSEA. ».

 

Pour consulter l’article en intégralité: ici

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *